Non c’est de l’ironie. J’ai fait partie d’une génération sacrifiée, celle qui a été élevée à droite et qui a assisté à la déferlante mitterrandienne dans tous les domaines. Celui qui était le mien, l’art et la littérature, a été particulièrement dévasté.

Publicités